Le marché du crédit immobiliers en fin de trimestre 2018

L'évolution du marché du crédit immobilier pour le premier trimestre 2018


Un marché en légère baisse par rapport à 2017


Comme prévu, une baisse d’activité de 15% est enregistré au niveau national pour le début d’année 2018 par rapport à 2017 sur la même période. Cela s’explique pour partie par la fin des rachats. La plus forte baisse est enregistrée dans les régions Ile-de-France, Rhône-Alpes et Grand Est.Cependant la région Provence-Alpes-Côte d’Azur et la Corse tirent leur épingle du jeu en enregistrant une hausse d’activité jusqu’à 10%.
De manière globale nous pouvons affirmer que l’activité reprend petit à petit depuis le mois de mars.

Des taux stables


Pour le début de l'année 2018 nous avons pu remarquer des taux stables. L'ensemble des courtiers envisagent une progression des taux entre 0,10 et 0,15% en moyenne par rapport à la fin d'année 2017. Le taux moyen ne devrait donc pas dépasser 1,70% cette année. Ce sont donc des conditions qui restent favorables aux emprunteurs.
Selon les régions, les taux sont stables en moyenne mais ils ont progressé de 0,10% en Rhône-Alpes, Normandie, Corse, Provence-Alpes-Côte d’Azur et dans les Pays de la Loire.
En revanche, ils ont baissé en Bourgogne-Franche-Comté et dans le Limousin en moyenne de 0,10%, où il est possible d’emprunter sur 10 ans entre 0,80% et 0,90 %, et le taux moyen ne dépasse pas les 1,40 % en Nouvelle Aquitaine, Bretagne, Grand Est, Occitanie et Bourgogne.

Un montant moyen de l’apport en baisse


Sans avoir radicalement changé nous pouvons observer une évolution dans les profils emprunteurs. En effet, les montants des apports observés ont globalement baissé, pouvant atteindre jusqu’à -40% dans certaines régions comme en Bourgogne-Franche-Comté et en Provence-Alpes-Côte d’azur.
Les revenus moyens des emprunteurs restent stables sauf sur Bordeaux qui connaît une hausse de 5%.
C’est en Ile-de-France et dans les Pays de la Loire que l’on dépasse le plus souvent les 15% d’apport dans près de 40% des dossiers, mais pour autant le montant moyen de l’apport a également baissé.

A noter que ce comportement est une conséquence direct des faibles taux du moment, car ce n’est pas le manque d’épargne qui est en cause mais plutôt une volonté des emprunteurs de conserver par précaution de la trésorerie plutôt que de verser l’intégralité de leurs économies pour leur achat immobilier.
Car dans un contexte de baisse d’activité globale et de stabilisation des taux à un niveau bas sur ce premier trimestre 2018, nous ressentons que les banques sont déterminées à capter de la clientèle et prêtes à assouplir les conditions d’octroi, ce qui explique la baisse du montant moyen de l’apport. De surcroît, pour les banquesn c’est une clientèle qui devrait rester fidèle puisque la tendance des taux ne devrait pas être baissière durant les 5 prochaines années.

Pour le groupement "J’aime mon courtier", les emprunteurs ont tout intérêt à acheter maintenant car les prix risquent en revanche eux d’augmenter de 2,5% en moyenne cette année.

Une hausse des demandes de PTZ dans certains secteurs


Étonnamment, et ce malgré la réduction du dispositif, la proportionnalité de PTZ a augmenté dans certains secteurs comme dans les régions Grand Est, Rhône-Alpes, Provence-Alpes Côte d’Azur, Corse et dans le limousin.
Il a en revanche reculé de 30% en Occitanie qui affiche davantage de financement de biens locatifs et de plus de 50% en Normandie.

Conditions du ptz 2018











































Nombre d'occupants Zone A Zone B1 Zone B2 Zone C
1 150 000€ 135 000€ 110 000€ 100 000€
2 210 000€ 189 000€ 154 000€ 140 000€
3 255 000€ 230 000€ 110 000€ 100 000€
4 150 000€ 135 000€ 187 000€ 170 000€
5 et plus 345 000€ 311 000€ 253 000€ 230 000€
Sourcing : j'aimemoncourtier.fr

le groupe Akor2pret

Société de courtage en prêt immobilier, travaux et assurances basé à Cambrai (Nord, 59).

Trouver votre agence !

assure&moi

Partenaire spécialisé en assurances.

Fox Habitat

L'immobilier futé.